Balades parisiennes,  Les news

la place de l’Abbé Georges Hénocque & du square Des Peupliers (13è)

Vous commencez à en savoir un peu plus sur les trésors cachés du 13è. Après la cité florale et bien parlons maintenant du square des peupliers et de la place de l’abbé Hénocque. Encore une autre pépite à quelques encablures à vélo ou à pied et cela pour votre plus grand plaisir. Il serait dommage de ne pas coupler ses 2 balades.

Notre balade bucolique s’articulera autour la place de l’abbé hénocque, de la rue du Moulin-des-Prés, la rue Ernest et Henri Rousselle, la rue des Peupliers, rue Henri Pape, du Docteur Leray, de Damesme, et bien sur du square des peupliers.

Place de l’Abbé-Georges-Hénocque

Autour de cette petite place et son jardin au milieu il y a déjà quelques lotissements de maisons individuelles, encadrant  l’hôpital privé des peupliers (bof bof) et la bâtisse de La mutuelle MGC. Ce beau bâtiment (1913) tient ses origines de la Protection Mutuelle des Agents des Chemins de Fer Français (PMC) créée en 1883 avec le soutien de Victor Hugo qui en devient le Président d’honneur.

Tout comme la cité florale, la Bièvre passe sous la place pour contourner la Butte-aux-Cailles par l’ouest.

Le plus remarquable complexe est celui de la rue Dieulafoy, où quarante-quatre maisons presque identiques ont été construites à partir de 1921.

Le square des peupliers

Son nom ne l’indique pas, le square des Peupliers est bel et bien une voie pavée piétonne, verdoyante et colorée qui fait 142 m en boucle et qui démarre aux 72 rues du moulin des prés. Cette voie a été ouverte en 1926 sur un terrain qui a longtemps appartenu au village de Gentilly et édifiée sur le lit de la Bièvre. Les maisons individuelles construites en pierre meulière ou briques sont éclectiques, aucune ne se ressemble, mais elles possèdent toutes un jardinet. la végétation fleurie foisonne dans chacun de ces petits espaces colorés et donne à la rue une ambiance champêtre dépaysante. On n’a pas l’impression de se croire dans le 13ème !

Lors des travaux d’assainissement et d’urbanisation réalisés sous la direction du baron Haussmann au milieu du XIXe siècle (encore lui !), la Bièvre avait été remblayée et recouverte. Le terrain, installé au dessus de cet ancien cour d’eau, était particulièrement fragile à cet endroit et ne pouvait donc pas accueillir de hauts immeubles trop lourds. C’est dans le même contexte que la cité florale a vu le jour.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de la petite rivière La Bièvre c’est par ici….

Si vous y aller, mettez moi un petit commentaire, ça me fera plaisir …

N'hésitez pas à me partager !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recommended
La Bièvre, une Rivière Bienfaisante .. Puis Nocive Entrant dans…
error

Vous aimez ce blog ? Parlez-en aux copines !